Pélerinage à Tainan


Pélerinage à Tainan

Non que la Vierge y fût apparue. C’est un pélerinage aux sources en quelque sorte. Pour diverses raisons je me rends de temps en temps dans cette ville où j’ai passé 5 de mes premiers printemps Taiwanais. Pélerinages pourraient s’y faire car c’est la ville de Taiwan qui compte le plus de temples, comme si tous les dieux du panthéon Chinois avaient établi leur villégiature dans cette localité méridionale, où se trouvent les reliques de la première vague importante de l’immigration Chinoise. Reliques aussi d’une occupation hollandaise qui n’a pas duré longtemps.

dcp7486.jpgLa porte étroite. À peine remarquable face au temple de Confucius, une enseigne porte ces deux caractères 窄門. Allusion au roman de Gide ou à l’évangile de Saint Luc? je ne sais. En fait la porte est comme toute les portes. Mais la voie d’accès au restaurant qui ainsi nommé est un passage extrêment étroit entre deux maisons. Un passage qui ne mérite même pas le nom de venelle. Il y a quinze ans je m’y suis rendu une ou deux fois. Je pense que je m’y glisserais encore, mais je n’avais pas faim quand nous sommes passés devant dimanche dernier.

dcp7496.jpg
Tainan ce sont les temples de tous les dieux et c’est déjà le paradis des gourmands. Tous les « snacks » taiwanais s’y trouvent. Diversité culturelle commence par diversité culinaire.Il est difficile de rendre le terme Chinois 點心 en Français. Notre « dessert » français est sucré par définition. Ici, sans vergogne on peut s’attabler à toute heure du jour et de la nuit pour apaiser une petite faim avec du salé ou du sucré. Pas de parcours obligé dans mon pélerinage, mais je recommande fermement ces « jowyuan »肉圓 ou en taiwanais « bawan ».

bawan2.jpg

Ce fut mon plat principal. Tout près se trouve un autre établissement qui vend des fruits et des « glaces à la chinoise ». Pour l’ami tainanais qui m’accompagnait c’est un arrêt presque obligé dans notre parcours : c’est dans ce « salon de fruits » que ses parents se sont rencontrés pour la première fois ! Pélerinage aux sources disais-je. Nous nous y sommes régalés d’un lait à la papaye.

p1020500.jpg

Je ne sais si les péchés de gourmandise sont pris en compte, mais à l’intérieur du temple de la cité (城隍廟) un gigantesque boulier vous rappelle qu’il y a une comptabilité quelque part pour vos bonnes et mauvaises actions. On vous aura prévenus!

boulierceleste.jpg

Dans la ville de tous les temples il se peut que le pélerin fatigué se perde dans les ruelles et ne sache plus finalement à quel saint se vouer, heureusement une boutique de mode lui

proposera une voie de salut!600truereligion.jpg

 

Laisser un commentaire